En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites.

jeudi, 01 septembre 2011 17:09

Différence entre détachement et indifférence

Message de Maître Ivanov.

C’est un peu comme si tout était à réapprendre mais le bon mot est : se souvenir.

 

Et je peux vous assurer qu’en ces temps bénis, la mémoire vous revient naturellement, et votre SOI peut alors émerger dans toute sa splendeur.

Evidemment, le MOI se débat, croyant qu’il va y perdre ses acquis. La théorie, vous la connaissez. Si il y a peu cette théorie vous suffisait, le SOI émergeant ne se contente pas de cela et ramène votre MOI à lui, de façon à ce que votre humanité redevienne ce qu’elle est, divine, sacrée.

Nous ne sommes là certes pas dans les bons sentiments du MOI, dans les valeurs bien établies de vos croyances. Tout cela vole en éclat si non fondé sur l’amour véritable qui est droiture, liberté, responsabilité, amour du SOI. Il y a souvent une confusion à ce moment d’émergence : placer le SOI dans l’ordre de priorité n’indique pas l’absence d’amour, donc de compassion. Votre expérience doit vous amener à intégrer que si l’amour divin n’est certes pas émotionnel (d’où le terme de « bons sentiments ») et peut sans problème bousculer l’ordre établi s’il ne relève pas de cet amour, il reste vibratoirement porteur de la compassion. Ce mot est à bien entendre : il ne s’agit pas de prendre la souffrance de l’autre mais de la connaître de façon à savoir ce qui est juste d’apporter à l’autre afin qu’il s’élève. Il s’agit là de la composante féminine de l’amour divin, la capacité à recevoir la vibration de l’autre. Si vous êtes uniquement porté à manifester l’amour divin dans son pôle masculin, vous serez alors porteur du don de SOI pour SOI. C’est évidemment une chose qui ne peut être juste si le pôle féminin n’est lui aussi manifesté. Car cela vous donne alors une froideur qui certes vous fait passer en premier mais qui pourrait alors être semblable à de l’égoïsme et non pas à de l’amour véritable tel que votre être semble le croire. Il est bien évident que c’est la crainte de la souffrance de l’autre (et donc de votre propre souffrance) qui vous fait réagir ainsi. Couper l’énergie à recevoir est plus simple et confortable. Car évidemment, étant alors en dehors de cette énergie féminine, vous avez l’impression d’avoir acquis le détachement, le discernement. Je vous dis juste : lorsque vous serez dans le juste amour vous serez capable d’avoir le discernement, avec sa droiture et la compassion avec sa douceur dans le même instant.

Si ça n’est pas le cas, regardez en vous même là où l’énergie féminine de l’amour divin est non accueillie car là se situe votre blessure. Que vous soyez homme ou femme, les temps sont à l’unité, en SOI. Oui. Cela signifie aussi dans votre manifestation humaine. Vous restez sinon dans ce que vous faisiez jusqu’alors : dans la théorie.

Nous sommes à vos côtés, et notamment toutes nos sœurs de la confrérie des Maître ascensionnés, afin que l’émergence du féminin sacré revienne sur terre, par chacun d’entre vous.

 

Vous êtes invité à faire circuler ce message en respectant son intégralité y compris ces quelques lignes.

Plus dans cette catégorie : « Retrouver sa place Message de Notre Mère »