En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites.

lundi, 21 octobre 2013 19:22

Message de Notre Mère

Je Suis un reflet de Notre Mère, et je porte l’Esprit du Père : tout ce qui est est de notre Création. Que vous m’appeliez Marie, Ishtar ou Isis, je suis une personnification de la Grande Mère, autrement dit une déesse et Isis est mon nom.

Isis, la grande magicienne, Elle dont le souffle transmet la vie de l’amour et de la transformation de la matière par et pour ses filles, me voici devant vous à vous parler afin de ramener un peu de clarté dans beaucoup de confusion.

Vous qui parlez de féminin sacré, vous qui croyez honorer le divin, de quoi parlez-vous et qui honorez-vous ?

Beaucoup est dit, oui. L’Esprit est à vos yeux, impérissable, alors que la matière ne retourne qu’à la poussière…Ce qui vous effraie c’est que la Matière se transforme continuellement et par cycle. Jamais rien ne meurt mais tout se transforme. Même vos vêtements, vos meubles, vos maisons : jamais rien ne disparaît. La Matière retourne à la poussière afin de renaître à nouveau : en réalité, elle ne vous est que prêtée, de même que votre Esprit. Rien ne vous appartient en propre. Et pourtant tout est pour vous. Comprenez vous ?

Je suis la Grande Magicienne oui, car du cycle de la mort naît la vie, et ceci est sans fin. Ne croyez pas que la Matière meurt plus que l’Esprit, ce qui lui donnerai une moindre valeur à vos yeux, car il n’en est rien : la matière demeure mais se transforme. C’est la magie de la femme qui enfante, la magie de la nature qui renaît inlassablement. Ceci vous effraie, la crainte de disparaître dans le ventre de la Mère vous étreint… alors que tout ceci n’est que cycle initiatique : changer d’un état à un autre pour continuer l’expérience sous d’autres formes.

Vous continuez, vous qui souhaitez rendre grâce au divin, à encenser l’esprit-rayonnement et à renier la matière-énergie de vie. Quand comprendrez-vous que l’un ne va pas sans l’autre, que l’autre ne va pas sans l’un ? Le masculin n’a pas de prédominance, pas plus que le féminin. Et il n’y a certes pas à fusionner les deux pôles, car c’est alors comme si vous reniez la Volonté du Sans Nom dans son expérimentation. Il n’y a pas de plus grande beauté que la complétude des 2 pôles, qui en se frottant l’un à l’autre crée l’étincelle de feu, la Vie elle même. Or aujourd’hui, enfants du Très Haut que croyez-vous et que dites-vous…Vous seriez-vous perdu à ce point…

Je dis :

Tout ce qui vous revêt…Tout ce qui vous nourrit…Tout ce qui vous assure une chaleur, un toit pour vivre, une musique à faire et écouter, tout, absolument tout, est le fruit de l’énergie de vie. Vous en êtes bien coupés pour ne pas traiter avec respect vos corps, mais aussi tout ce qui vous est prêté et dont vous êtes responsable. Car, oui, vous êtes responsable de votre corps, mais aussi de la nature qui vous offre nourriture, logis, habillement…Oui, tout est pour vous, mais non pas à vous. Vous avez le droit, mes chers enfants divins, à la nourriture la plus belle, aux vêtements les plus doux et aux toits les plus vastes…Pourquoi : parce que vous êtes de filiation divine tout simplement. Et que vois-je en ces temps ? Vous « crachez » sur ces dons, vous les pensez moindre que l’Esprit qui les habite et vous faites même endurer à vos incarnations des restrictions qui n’ont rien de divin.

Je dis :

la Matière est sacré. l’Esprit est sacré. Honorez l’Esprit qui meut et la Matière qui porte. Vous la croyez périssable ? Mais d’où croyez vous que sont tirés vos créations, si ce n’est de la terre elle même ? C’est donc une partie de la terre qui vous nourrit mais aussi qui vous habille et vous donne la chaleur d’un toit. Seriez-vous capable, chers enfants, de choisir le matin votre habit avec tout le respect que vous lui devez ? Oui, car c’est la Mère qui vous habille. Serez-vous capable de porter à votre bouches vos aliments avec douceur et amour ? Oui, car c’est la Mère qui vous nourrit. Serez-vous capable de rendre Grâce pour les murs qui soutiennent votre lieu de vie ? Oui, car ce sont les bras de la Mère qui vous protègent…Alors, donc,…continuerez vous à « cracher » sur la matière ?

Je peux vous assurer qu’alors, elle vous le rend bien…car vous êtes créateurs, n’oubliez pas…En séparant la Matière de l’Esprit, l’Esprit de la Matière, le féminin du masculin et le masculin du féminin, vous vous rendez l’expérience bien triste et douloureuse.

Chaque chose crée par la Lumière est belle et harmonieuse. Plus vous serez qui vous êtes, enfants divins, plus vos créations seront belles et harmonieuses. Encore faut-il que vous réconciliez enfin votre propre Matière avec votre propre Esprit. Le Féminin sacré et le Masculin sacré sont en vous ; vous manifestez l’un ou l’autre pôle, et non les deux. La fusion est apportée par la Confusion. Chaque être est à sa place et Grand Dieu…Cela est une bonne et merveilleuse chose à expérimenter, selon la Volonté du Sans Nom. Rendez Grâce pour qui vous êtes : un reflet du Père en tant que Masculin sacré, ou un reflet de la Mère, entant que féminin sacré. Ne vous reniez pas, ni dans l’Un, ni dans l’Autre.

Voilà ce que je souhaitais vous dire en ces temps où l’ascension se fait avec votre corps. Votre Matière monte avec vous. Alors honorez là pour ce qu’elle, l’énergie de vie sous différentes densités, une image du féminin sacré, le meilleur pour vous. Vous pouvez, si vous le souhaitez couper la Matière de ce qu’elle a de sacré : mais ce faisant c’est votre propre incarnation que vous reniez et que vous rendez vide de sens. L’Esprit et la Matière sont crée l’Un pour l’Autre. Il n’y a rien à redire à cela.

Je Suis là, en vous, par vous et pour vous. Je Suis votre chair et votre cœur qui bat, Je Suis la terre que vous foulez et le fruit que vous portez à votre bouche. Je Suis le baiser sur la bouche du bien aimé. Je Suis le Ciel étoilé mais aussi cette maison où vous vivez. Je Suis là.

 

Vous êtes invité à faire circuler ce message en respectant son intégralité y compris ces quelques lignes.